Une visite de votre petite salope, mais cette fois, elle a des cordes.

Je suis tellement accro à toi et de temps en temps, je me sens vraiment coupable. Depuis que je t’ai rencontrée, j’ai tendance à négliger des choses qui étaient importantes auparavant. Ensuite, je reporte ma frustration sur toi parce qu’en fin de compte, c’est de ta faute.

Avant, je contrôlais la situation. J’étais autodiscipliné ou, pour reprendre vos termes, “froid”, mais aujourd’hui, vous me jouez comme une poupée marionnette et vous tirez mes ficelles avec un plaisir pervers.

Lorsque nous nous sommes rencontrés, je vous ai dit que je ne pouvais vous voir qu’une ou deux fois par semaine, mais vous en vouliez plus, alors – contre mon gré – je me tiens maintenant à votre porte. Une fois de plus. Parce que vous m’avez dit de venir et parce que je vous veux en moi. Ou plus précisément, vous m’avez taquiné en me disant que je voulais vous voir en moi.

Alors ne t’attends pas à ce que je fasse semblant d’être heureux. Et ne t’attends pas à ce que je te laisse me piéger et m’envelopper dans ta toile d’araignée sans combattre. Tu as mis en lumière ma personnalité aigrie et plus dominante et je t’ai averti, mais ignorant mon avertissement, tu as voulu la rencontrer.

Eh bien, me voilà. Ravi de vous rencontrer.

C’est donc vous qui mettez notre monde sens dessus dessous ? Vous ne semblez pas être si menaçante ni même intrigante, pour être honnête, car vous vous penchez négligemment sur le cadre noir de la porte, le regard nonchalant et observateur de la tempête dans vos yeux, en train de mesurer le cyclone qui se rassemble dans les miens. Mais je sais ce qu’elle voit en vous : des cheveux noirs, des yeux de mauvais garçon et un soupçon d’insolence ont toujours été sa faiblesse.

“Entrez”, dites-vous sur un ton qui suggérerait que je me suis présenté par hasard à votre porte et que si c’est le cas, je pourrais aussi bien entrer, alors qu’en fait c’est vous qui m’avez demandé d’être là. Mais c’est là que ton contrôle s’arrête aujourd’hui, mon amour.

Je te suis dans ton royaume, la lourde porte coupe-feu claque derrière moi avec un grand fracas, faisant savoir à tout ton quartier que ta petite salope est de nouveau là.

Contrairement à toutes mes précédentes visites nocturnes, cette fois-ci, ton appartement est noyé par la lumière qui inonde le minuscule espace à travers les portes-fenêtres de la pièce d’en face. Il est 14 heures et ça fait vraiment mal d’être ici. Jusqu’à présent, je pouvais prétendre que vous n’étiez qu’un rêve délicieux ; trop tentant, trop plus beau pour ma vraie vie.

Mais n’étant pas satisfaite de mes heures tardives, maintenant vous en voulez plus. Vous voulez ma journée ; lentement, presque imperceptiblement, vous vous glissez dans mon monde comme du lierre, vous mettez des vrilles sur mon corps, et vous vous enracinez dans chaque partie de ma vie. Bientôt, il sera trop tard. Il était probablement déjà trop tard lorsque vous avez mis vos mains autour de moi pour la première fois en cette nuit d’hiver glaciale.

Je jette mon sac sur le sol de votre chambre alors que vous vous approchez à bras ouverts pour une étreinte bien sentie.

“Ne fais pas ça”. Je t’arrête dans tes traces en soulevant ma paume contre ta poitrine. En reculant, tu lâches tes bras, en essayant de cacher un sourire amusé ; tes yeux attendent une explication.

Tu sais très bien pourquoi je suis amer ; je te l’ai dit dans les SMS que nous avons échangés tout à l’heure. J’ai dit que j’étais occupé, mais vous vous en fichez. Tu m’as dit que tu ne pouvais pas passer un autre jour sans me goûter à nouveau et sentir mes lèvres autour de ta queue. Tu as appris à me pousser à bout sans trop d’efforts.

Je te regarde sévèrement dans les yeux, au cas où tu te demanderais encore ce qui me donne cette attitude. Je ne vais pas me répéter, tu dois te creuser la cervelle si tu veux une réponse.

Cette fois, je porte mes talons compensés de 15 cm, mon visage est au même niveau que le vôtre et je ne me sens pas écrasé par vous comme je le fais normalement quand je suis pieds nus. Aujourd’hui, je ne suis pas cette fille courtoise qui enlève ses chaussures.

Et laissons tomber tous ces bisous polis. Nous savons tous les deux que je ne suis pas là pour ça.

Votre banderole est visiblement renflée dans votre jean et je passe le bout de mes doigts dessus avec attention. Tu pourrais vraiment ne pas le garder dans ton pantalon jusqu’au week-end ?

“J’étais dur à la seconde où tu as dit que tu venais”, marmonnez-vous, réagissant à mon observation muette avec vos yeux baissés de honte en essayant de cacher un sourire d’orgueil contradictoire.

“Hah, c’est bien de savoir que j’ai cet effet sur toi”, je me moque. Le sarcasme n’est pas perdu pour vous. “Alors, enlevez vos vêtements.” Je fais tourner un doigt en l’air comme si je pouvais jeter un sort pour vous faire sortir de vos vêtements en un clin d’œil. Mes mots sont calmes mais ils résonnent avec autorité sur les murs de votre appartement minimaliste.

Vous prenez votre temps pour déboutonner votre chemise. Ce sourire persiste sur votre visage même si vous essayez de le cacher en mordant l’intérieur de votre lèvre inférieure. Jusqu’à présent, ce n’était qu’un jeu, mais apparemment, vous me trouvez amusant de m’affirmer. Votre arrogance commence à me taper sur les nerfs maintenant.

“Je n’ai pas toute la putain de journée”, je claque des doigts pour vous faire comprendre qu’il est temps que vous me preniez au sérieux. Même si tu sembles accélérer, mes mots me valent encore le plus léger des sourires sur tes lèvres rougies.

Je jure de rendre ce sourire aigre en quelques minutes. “Assieds-toi sur le lit”, j’aboierai une autre commande. Tu as les fesses nues maintenant et ta délicieuse bite se tient au garde-à-vous pour m’attirer à l’intérieur. Je suis encore tout habillé pour souligner mon autorité.

Je me mets à genoux, j’enroule ma main autour de votre tige et je commente avec un “Mmmm-mmm”, en voyant tout le doux nectar de pré-cum- nectar suinter de l’œil. Je resserre ma prise et je tire un peu plus de jus, que je déverse ensuite en enfonçant le bout de ma langue dans votre trou à pipi serré, tout en continuant à gémir de façon approuvée.

J’écarte les genoux et je masse grossièrement l’intérieur de tes cuisses, te poussant dans ton lit moelleux pendant que ta queue entre et sort de ma bouche.

Tu t’assieds bien droit et tu essaies d’attraper mes cheveux, en essayant de prendre le contrôle comme tu le fais toujours, mais je t’arrache la main.

“Ne me touche pas, putain”, je te préviens. Je me lève et je m’éloigne du lit pour aller chercher des cordes shibari soyeuses dans mon sac à main.

Oui, je garde toujours un paquet de chanvre dans mon sac à main avec une trousse de maquillage, des clés de voiture, des lunettes de soleil et une bouteille d’eau. L’essentiel. Vous ne savez jamais où vous vous retrouvez dans cette ville. Je ne suis pas très douée pour les travaux manuels en général, mais je ne peux pas en faire quelque chose de fantaisiste pour sauver ma vie. Mais j’ai appris quelques nœuds de base sur YouTube – ce qu’on appelle des liens à une ou deux colonnes – et cela suffira à vous éviter de vous faire mal aux pattes.

Les cordes vous surprennent et vous ne semblez pas très enthousiaste à l’idée, mais je menace de partir si je n’arrive pas à mes fins cette fois-ci seulement.

Et vous savez, je ne bluffe pas. Les mères ne peuvent pas s’en tirer en bluffant. Parce que les petites merdes s’en emparent et tout le cirque devient incontrôlable. Et cette négociation de chantage limite est comme une seconde nature pour moi. Alors vous feriez mieux d’écouter et de vous comporter, putain.

Vous voyez, vous êtes peut-être un peu plus grand et probablement plus fort aussi, mais j’ai du pouvoir sur vous. Maintenant, sois un bon garçon et reste tranquille pendant que je te retiens.

Tu t’allonges sur le dos, la tête sur ton coussin préféré du Vengeur – quel âge as-tu, douze ans ? Ta bite rebondit doucement de haut en bas pendant que tu traînes un peu. Je fais courir la corde autour de toute la tête de lit en faux cuir puis je la ramène, j’y attache tes poignets. L’un, puis l’autre.

Peu importe ce que tu penses, tu es un sacré spectacle et je te garantis que ce ne sera pas la dernière fois que je t’attache, je pense en terminant mon travail manuel, en serrant le nœud.

Vous avez l’air si accueillant, l’envie d’être comblé me dépasse presque. Je ne veux rien d’autre que te seller et te monter jusqu’à ce que je jouisse, puis je partirai probablement en claquant cette putain de porte bruyante derrière moi. Mais ne nous précipitons pas et ne cédons pas à la tentation.

J’envisage aussi de vous bander les yeux, afin d’accroître la sensibilité de vos autres sens et d’ajouter à votre magnifique état de vulnérabilité. Mais j’ai déjà pris connaissance de vos tendances de voyageur et je ne veux pas vous priver de votre plus grande excitation.

Je me déshabille en taquinant devant vous, lentement, pendant que vous testez la force des contentions. Je déteste décevoir, elles sont incassables.

Mon Dieu, n’est-ce pas merveilleux de vous voir aussi impuissante ? “Mmm, une bite si dure et si impatiente,” je te taquine en te rampant dessus, “je parie que tu ne peux pas attendre que je te chevauche.”

Ta réponse est un grognement profond suivi d’un soupir amer et résigné.

“J’aimais bien te sucer tout à l’heure, mais j’ai été grossièrement interrompu, je crois”, continue-je, stupéfait, en me léchant la paume et en mettant ma main autour de ton pénis qui bouge.

Tu serres les dents pour ne pas laisser échapper ces obscénités non dites qui bouillonnent dans ta poitrine. Je sais que vous voulez me traiter de salope taquine. Mais vous feriez mieux de ne pas le faire.

Vos poignets luttent contre les cordes, vos poings s’ouvrent et se ferment plusieurs fois. Je sais que vous voulez me toucher, que vous voulez reprendre le contrôle. Et vous savez quoi, une petite partie de moi veut ça, veut que vous arrachiez vos liens et que vous me dominiez. Vous êtes aussi loin d’être soumis qu’on peut l’être, mais c’est ce qui rend la chose d’autant plus excitante. Il n’y a plus moyen de vous échapper maintenant. Je n’ai peut-être pas la même force, mais je peux faire un sacré noeud.

Je joue un peu plus avec ta bite en faisant courir ma langue autour de la tête bulbeuse, en te branlant comme tu aimes ça ; fort et lent – je t’ai regardé plusieurs fois pour savoir ce que tu aimes.

Tes yeux sont fermés et tu chevauches doucement les vagues du plaisir. Ce sourire arrogant a disparu depuis longtemps de ton visage, laissant place au désespoir et à une mâchoire suppliante.

Je chevauche ton tibia pour soulager la pulsation de mon clitoris et pour te faire prendre conscience de l’humidité de ce jeu si tu me fais. Tes yeux s’ouvrent et se concentrent sur mon corps nu comme si tu me voyais pour la première fois.

“Je veux que tu sois sur moi maintenant”, dis-tu de ta voix grave habituée à donner des ordres.

“Non, merci.” J’avoue avoir emprunté cette phrase à ma mignonne fille aînée qui l’a perfectionnée depuis un an environ. Bien sûr, vous ne la connaissez pas, mais mon petit plagiat reste mon secret. Quand elle le dit, quand elle me répond – quand je lui demande de faire quelque chose – ça me fait bouillir le sang. Je vise un effet similaire ici, une sorte de rage qui ne peut être apprivoisée que par les cordes autour de vos poignets.

“J’ai d’autres projets, mon chou.” Le choix du mot me surprend tout autant qu’il vous surprend et la féministe cachée en moi analysera sans doute plus tard ce double standard évident. Quand vous êtes au sommet, je suis dégradée en “salope” ou pire encore, et pourtant on vous traite de “mignonne” quand c’est moi qui suis au sommet. Mais cela vous va bien et j’aime vous avoir comme mon adorable jouet en laisse.

“Tu as dit que tu voulais me goûter. Alors, je dis : continuons,” je souris en m’agenouillant sur ton visage abasourdi. Je m’abaisse à la hauteur idéale pour que tu puisses me tomber dessus au sud – ou dans ce cas au nord vraiment – mais pas pour t’étouffer. Je m’équilibre en m’accrochant à la tête de lit et mes seins sont pressés contre la paroi froide, ce qui est étonnant sur mes tétons endurcis.

Vous commencez par laper mes jus avec une langue plate entre mes lèvres. À en juger par les doux gémissements et les claquements, vous aimez vous perdre en moi sans vos doigts qui vous guident et vous guident.

Je broie mes hanches en m’abaissant sur tes lèvres exploratrices, puis je me relève jusqu’à ce que tu puisses à peine m’atteindre avec le bout de ta langue. Nous jouons encore quelques fois à cela, et tu alternes entre lécher mes plis comme un papillon ou essayer de sucer doucement mon clitoris. Tu sais exactement à quel point j’aime ça, tu me rends folle.

Je te peigne avec mes doigts et je tire doucement tes cheveux sur le dessus de ta tête, le seul endroit où ils sont assez longs pour se saisir.

“Allez, mets ta langue dedans, baise moi avec,” je grogne. Je suis ivre de pouvoir et vous êtes avide de plaire, ce qui est la combinaison parfaite, n’est-ce pas ?

Tu ne peux pas aller assez fort ou assez profondément, mais pourtant tu frappes un point parfait en moi, autour de mon point G, ton nez frôlant légèrement mon clitoris, ce qui me rapproche de l’orgasme.

En tirant tes cheveux encore plus fort, ma main libre ratisse le côté de ta tête, te poussant à continuer et à m’amener jusqu’au grand O.

Tu es un si bon garçon”, je te loue quand tu as bien travaillé, en me demandant momentanément si cela te plaît autant qu’une “bonne fille” me plaît.

La dominatrice me suggère de sortir du lit et de s’éloigner, mais la petite salope la convainc que nous aimons bien nous promener avec une belle bite bien dure dans l’après-ondes orgasmique.

Avant de m’asseoir sur ta bite palpitante, je t’embrasse parce que je trouve le goût de la chatte sur tes lèvres obscènement érotique et je continue à fantasmer sur un jour où j’impliquerais une autre fille et où je la goûterais sur tes lèvres. Ce serait l’incarnation de la saleté.

Peut-être, je n’ai même pas besoin de vous demander ce que vous en pensez.

Peut-être que j’ai juste besoin d’apporter mon baluchon de corde et une autre fille bien sûr.

Je partage ce fantasme avec toi parce que je sais combien tu aimes que je dise des cochonneries et que je continue à bavarder tout en enfonçant mes seins dans ta bouche affamée.

Je sais que tu essaies de t’empêcher d’éjaculer, mais le stimulus est trop fort, n’est-ce pas ?

Tu es le maître de ton orgasme et tu peux continuer indéfiniment, mais seulement si tu peux t’arrêter et ralentir à ta guise, pas quand ma chatte glisse de haut en bas en vagues rythmiques agonisantes et pas quand tu es attaché.

Vous me suppliez d’arrêter, vous me suppliez de ralentir, vous ne voulez pas que ce soit fini tout de suite. Tu aimes finir les choses à ta façon, à quatre pattes en tirant mes cheveux, en me baisant vite et fort.

Mais aujourd’hui, c’est tout ce que tu obtiens. Une explosion imparable en moi, m’inondant de ton sperme chaud. Parce que tu as besoin de perdre le contrôle parfois.

Share
Ne me touche pas