J’avais environ dix-sept ans la première fois que ma sœur et ses amis ont décidé de me faire une farce. Je m’occupais de mes affaires quand tout à coup ma soeur Jessica a fait irruption dans ma chambre, avec ses meilleures amies Karly et Regina.

“Hey sissy boy”, cria Regina de sa voix insolente. J’étais assise sur mon lit en train de lire, tandis que Jessica s’approchait de moi en claquant le livre de mes mains. Je l’ai regardée, une expression perplexe sur mon visage. “Qu’est-ce que c’est ?” Je lui ai demandé.

Elle m’a regardé, un regard de joie dans les yeux. “Mes amis s’ennuient et nous avons pensé à une grande idée !” Elle a souri avec malice. “On va voir si on peut te faire ressembler à une fille.”

“Quoi !” J’ai craqué. “Pas question !”

Regina s’est avancée en plaçant sa main fermement sur mon épaule, “Oui, c’est vrai ! Tu vas l’adorer !”

Jessica a attrapé mon autre épaule et les deux m’ont tiré du lit, me traînant hors de ma chambre et dans sa chambre. Karly s’est joint à eux, me poussant vers l’avant par derrière. Je n’étais pas un grand garçon et comme ils avaient tous plusieurs années de plus, j’étais facilement maîtrisé par les trois qui me tiraient et me poussaient en même temps.

“C’est stupide, laissez-moi partir !” J’ai crié. “Je vais le dire à maman, je vais le faire !” Je me suis lamentablement plaint.

Ils riaient tous, me poussant sur le lit de Jessica. “Je vais le dire à maman !” Ils ont pleurniché d’un ton très plaintif, se moquant de moi et riant encore plus.

Regina me dominait avec son talon ouvert de 15 cm de haut. De toutes les amies de ma soeur, c’est elle qui m’avait toujours intimidée le plus, en raison de son physique magnifique et de sa personnalité trop sûre d’elle. Elle avait de longs cheveux noirs, de grands yeux noisette ronds, une silhouette mince mais généreuse, de longues jambes soyeuses et des seins bien fermes.

“Déshabille-toi”, dit-elle, en se tenant impatiemment, les mains sur les hanches, en tapant des doigts contre sa taille.

J’ai lentement remonté mon pull au-dessus de ma tête, la fixant comme un petit chiot perdu, en espérant qu’elle laisse tout cela s’arrêter. Tous les trois me fixaient, frustrés par le temps que je mettais à enlever mes vêtements.

“Allez, dépêche-toi, mauviette !” Regina a crié.

Je me suis déshabillée plus vite, en enlevant le reste de mes vêtements, tous sauf mes sous-vêtements. J’étais terrifiée à l’idée d’aller nue devant eux. Je savais qu’elles avaient toutes vu des hommes nus auparavant, je les avais entendus à travers le mur, parler de leurs expériences pendant les soirées pyjama de ma soeur.

Jessica avait commencé à fouiller dans les tiroirs de sa commode à la recherche de vêtements pour moi, tandis que Karly était assise les jambes croisées, un sourire bête sur son visage. “Allez”, me dit-elle en souriant, “enlève-les, les filles ne portent pas de pantalons de garçons”.

Mes mains semblaient pressées, involontairement sur mon pénis, tenant mes sous-vêtements en l’air. Regina a craqué, s’est penchée et a attrapé mes sous-vêtements, les tirant vers le bas de mes jambes. “Oh mon Dieu !” cria-t-elle, pointant vers le bas entre mes jambes alors que j’essayais rapidement de me couvrir. “C’est si mignon !” Elle a crié, en souriant à Karly.

“Oh, c’est vrai, n’est-ce pas”, convenait Karly, ils gloussaient tous les deux ensemble.

Jessica lança à Regina une culotte brésilienne noire en dentelle, “Je ne m’approche pas de ce truc”, dit-elle, “vite, fais-le ranger.” Regina m’a forcé à prendre la culotte dans les mains, me faisant signe de me lever, soulevant mes pieds un par un et m’aidant à les faire glisser sur mes jambes.

“Maintenant, rentre cette mignonne petite chose entre tes jambes”, dit-elle en souriant en remontant la culotte sur mes fesses, l’élastique s’enroulant autour de ma taille et appuyant fortement sur mon pelvis. Jessica a jeté un soutien-gorge en dentelle noire assorti à Karly qui s’est levée et s’est promenée en tenant le soutien-gorge tendu entre ses mains.

“Les mains en avant”, dit-elle doucement, en faisant glisser les bretelles sur mes bras. Je me suis sentie distraite par sa robe à fleurs décolletée qui révélait ses magnifiques seins ronds et son décolleté alléchant. La douce odeur de son parfum me donnait des vertiges lorsqu’elle se penchait vers l’avant et attachait le soutien-gorge derrière mon dos.

“Regardez ce que j’ai trouvé”, s’écria Jessica en brandissant un porte-jarretelles et des bas résille. Les filles ont applaudi avec joie en attrapant la lingerie. Karly a rapidement enroulé la jarretière autour de ma taille, l’accrochant derrière mon dos tandis que Regina enroulait les bas dans ses mains, m’ordonnant de m’asseoir et de lever les jambes.

Karly et Regina ont commencé à enrouler les bas sur mes jambes, en tirant sur les bretelles et en les accrochant pour maintenir les filets de pêche. J’ai commencé à avoir des vertiges à cause de la douce odeur de leur parfum et de leur laque, et je me suis mise à entrer dans un état d’étourdissement alors que la pièce devenait floue.

Jessica a attrapé mon bras et m’a tiré du lit, me guidant vers le tabouret par son miroir de courtoisie. Karla et Regina ont toutes deux pris quelques objets dans sa commode, appliquant différentes lotions et poudres sur mon visage. Alors que je m’asseyais en regardant dans le miroir, la pièce a commencé à se balancer. Je me suis sentie en quelque sorte envoûtée par la beauté de ce que je portais, me sentant lentement transformée.

Je ne me sentais plus masculin ou en contrôle. J’ai fermé les yeux et ils ont continué à toucher mon visage avec de minuscules brosses, les frottant sur mes joues, appliquant de doux hydratants sur mes yeux et autour de mes lèvres. Plusieurs minutes se sont écoulées pendant lesquelles j’ai apprécié l’expérience thérapeutique d’être dorlotée par toutes ces mains douces et féminines.

J’ai ressenti une sensation de douceur veloutée lorsqu’elles ont glissé une perruque sur ma tête, brossant doucement les cheveux pendant que Karly me chuchotait à l’oreille. “Ouvrez les yeux.” En les ouvrant lentement, j’ai vu un reflet qui m’a fait sursauter, une version similaire mais beaucoup plus douce de moi-même, juste fixée dans le miroir.

Ils ont gloussé et ri entre eux alors que j’étais assis à regarder dans le miroir, ma bouche un regard.

“Il a l’air si féminin”, s’est exclamé Karly.

“Oh mon Dieu, il l’est, n’est-ce pas !” Jessica a ri.

“Tu veux dire qu’ELLE n’en a pas !” dit Regina, éclatant de rire. “Allons l’habiller.”

Karly et Regina m’ont tiré du tabouret, m’ont fait tourner en rond et m’ont fait sentir étourdi alors que Jessica fouillait dans les robes de sa garde-robe, montrant aux filles plusieurs choix.

“Oh, celle-là, celle-là !” a crié Karly, en montrant une provocante mini robe rose et noire à découpes. “Elle aura l’air tellement salope avec ça !”

Jessica a tendu la robe à Karly qui m’a aidée à la mettre alors que Regina s’accrochait à moi. Elles ont toutes les deux tendu le tissu en lycra serré sur mes hanches et autour de ma poitrine, fixant le collier derrière moi.

“Des talons !” cria Regina.

Jessica a fouillé sous le lit, à la recherche d’une paire de talons aiguilles de 15 cm, les plaçant devant moi pendant que les filles m’aidaient à y glisser mes orteils, me soutenant pendant qu’elles attachaient les lanières autour de mes chevilles.

“Allez, montre-nous à quoi tu ressembles”, m’a dit Jessica en me conduisant à son miroir.

J’ai trébuché maladroitement sur le miroir, me sentant vaciller dans les talons, la robe s’accrochant à mes jambes et grinçant en marchant. Tout ce que j’entendais, c’était Regina et Karly qui gloussaient derrière moi lorsque je me penchais vers le miroir.

“C’est quoi ce bordel ? J’ai pensé, en voyant ce qu’elles m’avaient fait. Je n’étais plus un homme. En fait, je ne pensais pas pouvoir redevenir un homme, ils m’avaient complètement émasculé ! Mes yeux clignotèrent alors que des éclairs de lumière scintillaient sur le miroir, le son de l’appareil photo s’est fait entendre.

“Qu’est-ce que tu fais ?” demandai-je. “S’il vous plaît ! Arrêtez !” J’ai supplié, pour enfin retrouver mes esprits. Je me sentais déjà faible et pathétique, habillée comme une fille, la dernière chose dont j’avais besoin était une preuve photographique.

“Souris, mauviette !” Regina a crié, tous les trois brandissant leur téléphone, prenant photo après photo alors que je vacillais, essayant désespérément de fuir la pièce, incapable de bouger assez vite avec mes talons hauts.

J’ai trébuché et j’ai failli tomber alors que je sortais de la pièce en courant, en larmes, pour retourner dans ma chambre et verrouiller la porte derrière moi. Je me suis effondrée sur mon lit, cachant ma tête sous l’oreiller, toujours capable d’entendre l’écho de leurs rires à travers le mur.

C’était la première fois que ma soeur et ses amis me faisaient une farce.

Quelques semaines plus tard, ma soeur a invité des amis à une petite fête dans sa chambre. Karly et Regina étaient de retour, mais il y avait deux autres filles que je ne connaissais pas. J’essayais de lire un livre dans ma chambre, mais je me laissais distraire par des rires forts venant de la chambre de ma soeur à côté.

Le bruit a persisté pendant un certain temps jusqu’à ce que tout d’un coup il devienne vraiment silencieux. Je me suis levée et j’ai essayé d’écouter à travers le mur, mais tout ce que j’entendais, c’était un chuchotement et le silence est revenu. Puis soudain, ma porte s’est ouverte en claquant, les cinq filles ont fait irruption dans ma chambre et m’ont fait sursauter.

“Qu’est-ce que tu fais, mauviette ?” demanda Regina.

“Rien !” Je lui ai répondu, paniquée.

“On s’ennuie.” Regina a pleurniché, alors on a pensé qu’on pourrait se rhabiller, qu’en penses-tu ?”

“Pas question ! Je lui ai répondu, essayant frénétiquement de tenir bon cette fois.

“Oh allez, poule mouillée, Jade et Larissa n’étaient pas là la dernière fois et elles veulent le voir par elles-mêmes, n’est-ce pas, les filles ?” Les deux filles ont souri et ont hoché la tête, me regardant de haut en bas.

“Non, sortez de ma chambre, je ne joue plus à vos jeux”, ai-je crié.

Regina s’avança, l’évidente “Alpha” de ce groupe de filles. Elle a pris son soutien-gorge, a sorti son téléphone et s’est penchée vers moi, me montrant son écran avant de parler à voix basse. “Vous ne voudriez pas que d’autres personnes voient ça, n’est-ce pas ?”

Mon visage est devenu blanc de peur lorsqu’elle a glissé son pouce sur le téléphone, en feuilletant toutes les photos de moi habillée en fille. J’ai baissé la tête, puis j’ai marmonné sous mon souffle, “bien, peu importe”.

Ils m’ont fait sursauter en criant et en applaudissant alors que Regina me tirait et me ramenait dans la chambre de ma soeur. En entrant dans la chambre, j’ai remarqué une collection de vêtements, tous étendus sur le lit. Jade et Larissa ont commencé à me déshabiller pendant que Jessica et Karly triaient les objets sur le lit.

Regina se tenait tout près, tenant son téléphone devant nous, tandis que les filles se dépêchaient de tout rassembler autour de moi. J’ai levé les yeux vers Regina, un regard de pitié sur mon visage.

“Tu ne prends plus de photos, n’est-ce pas ?” demandai-je avec curiosité.

“Non, pas du tout”, répondit-elle, “Je te filme cette fois-ci. Mais Jessica et Karly vont prendre des photos”, dit-elle, un sourire malicieux se dessinant sur son visage.

Larissa, une belle fille noire aux seins incroyablement voluptueux était occupée à me déshabiller, tandis que Jade, une petite brune maigre, l’aidait. Je me suis sentie complètement impuissante lorsqu’elles ont déchiré mes vêtements, révélant mon corps nu et maigre.

“Oh regardez ! C’est mignon, n’est-ce pas”, a dit Larissa, en montrant mon pénis. Jade a juste regardé en bas et a souri.

Pendant les vingt minutes qui ont suivi, elles m’ont habillée en lingerie et en bas, puis elles m’ont fait asseoir près du miroir de courtoisie et m’ont maquillé le visage. Après plusieurs minutes supplémentaires, ils m’ont fait lever et Jade m’a aidé à mettre mes talons hauts. Larissa m’a tendu un costume de soubrette, je suppose qu’elle l’a acheté pour une fête d’Halloween ou autre et me l’a fait glisser sur ma tête, en l’ajustant autour de ma taille.

Jessica, Karly et Jade se sont assises pour admirer leur travail, tandis que Regina se tenait dans le coin, toujours en train de filmer. Larissa a sorti son téléphone et a pris d’autres photos de moi, en riant pour elle-même.

“N’es-tu pas une bonne petite femme de ménage !” s’exclama Regina. “Tu vas nous chercher à boire maintenant ?”

J’ai regardé en arrière, un regard stupide collé à mon visage alors que j’essayais de comprendre ce qui m’arrivait.

“Viens, mauviette !” Regina a craqué, claquant des doigts, “chop, chop”.

Pour le reste de la soirée, j’ai joué le rôle de leur bonne, leur servant à boire et allant leur chercher de la nourriture alors qu’ils me donnaient des ordres, me faisant exécuter des tâches et suivre leurs instructions alors qu’ils se moquaient de moi. Je me suis sentie si émasculée, exécutant ce qu’ils appelaient mes “tâches de poule mouillée” jusqu’à ce qu’ils en aient finalement assez du jeu, me laissant retourner dans ma chambre.

Cette nuit-là, j’ai découvert quelque chose sur moi en m’allongeant sur mon lit, toujours habillée comme une fille. J’ai vraiment aimé ça ! La sensation des bas sur mes jambes et de la lingerie qui couvrait mon corps, la robe serrée qui s’accrochait à mon cul et s’enroulait autour de moi, les longs cheveux bouclés qui descendaient le long de mes épaules et le maquillage qui accentuait mes traits féminins, me faisant me sentir si féminine et jolie.

J’aimais ça et j’en voulais plus ! Je suis restée habillée comme ça toute la nuit, sentant le tissu de la dentelle frotter contre les bas transparents lorsque je me roulais dans mon lit. Je rêvais de tous les types de vêtements que les femmes portaient, des différents styles et des vêtements pour diverses occasions. Je me suis imaginé Regina, Karly, Jade et Larissa, les tenues sexy qu’elles portaient et j’ai essayé de m’imaginer comme l’une d’entre elles, juste une des filles.

J’ai ressenti une étrange sensation en tremblant sous la couette, une sensation de chaleur qui émanait de mon entrejambe, se répandant autour de mon bassin alors qu’une pièce humide et collante s’infiltrait à travers la culotte de dentelle et dans la robe. Je gémissais, me tortillant dans ma robe, ressentant un orgasme lent et subtil qui se répandait dans tout mon corps.

Quelques mois s’étaient écoulés et je n’avais pas vu les amis de ma sœur depuis un certain temps. C’était l’été et elle était sortie faire la fête, ce qui me convenait bien car j’avais passé le temps à la maison toute seule. Je me faufilais dans sa chambre pour lui emprunter ses vêtements, je pratiquais mes propres techniques de maquillage et j’apprenais à marcher avec assurance en talons hauts.

C’était un jour comme un autre pour moi, je jouais à me déguiser et me pavanais dans la maison dans un corset, une jarretière et un bas que j’avais trouvé enterré au fond des tiroirs de la commode de ma sœur. C’étaient mes moments spéciaux, quand je pouvais me perdre complètement dans le fantasme, en rêvant d’être une vraie fille.

Je m’étais tellement habituée à ma routine que je n’avais tout simplement pas remarqué que Regina et un autre type regardaient par la fenêtre de ma soeur pendant que je me promenais dans sa chambre, me balançant les hanches et dansant sur de la musique.

Le moment parfait est arrivé au son des coups à la fenêtre, alors que je me retournais, horrifiée de voir Regina, tenant son téléphone avec appareil photo et souriant à la vue de ce que je faisais. Mes genoux ont plié et je me suis écroulée sur le sol, espérant que le sol s’ouvre et m’avale.

“On peut encore te voir, mauviette !” Regina a crié à travers la vitre : “Viens et laisse-nous entrer !”

Je me suis lentement relevée du sol et j’ai basculé honteusement dans le couloir, le visage rouge vif de gêne alors que j’ouvrais la porte à mes visiteurs inattendus.

“Alors, on est tout seul ?” dit Regina, en jetant un coup d’œil autour de moi et en regardant le gars qui se tenait juste debout, souriant d’une oreille à l’autre. “Je te l’avais dit”, dit-elle joyeusement. “N’a-t-elle pas l’air mieux en personne ?”

Il a ri et a hoché la tête alors que ses yeux se déchaînaient de désir, me scannant de la tête aux pieds.

“Jessica n’est manifestement pas dans le coin, n’est-ce pas ?” demanda Regina de façon rhétorique. “Oh bien, peu importe”, sourit-elle. “J’ai une idée”, dit-elle en regardant le type. “C’est mon ami Carter, il n’a jamais vu une poule mouillée dans la vraie vie avant. Seulement en vidéo.” Elle a fait un clin d’oeil, un sourire effronté sur son visage.

Je suis restée là, tremblant nerveusement dans mes talons hauts, mes mains couvrant le petit renflement de mon string. Carter semblait trop curieux de voir ce que je cachais en dessous, ses yeux brillaient d’impatience, bavant à la vue de mes jambes habillées de bas.

“Tu ne nous invites pas à entrer, mauviette ?” demanda Regina, se penchant en avant et entrant dans l’embrasure de la porte tandis que je hochais la tête, m’avançant plus à l’intérieur pour leur permettre d’entrer, verrouillant la porte derrière eux. Lorsque nous sommes entrées dans le salon, Regina s’est assise dans un fauteuil et a croisé ses jambes. Carter se tenait sinistrement près de la porte, fixant mes fesses alors que je passais devant lui.

“Puis-je aller mettre autre chose, s’il vous plaît ?” Je demandai à Regina, désespérée de se couvrir.

“Je ne pense pas que tu auras besoin de vêtements,” dit-elle, “pas pour ce que nous avons prévu.”

Carter a commencé à enlever sa chemise, à défaire son pantalon et à donner des coups de pied dans ses chaussures sur le sol.

“Que voulez-vous dire ?” lui demandai-je anxieusement.

“Eh bien, tu veux être une vraie mauviette, n’est-ce pas ? Je veux dire, sinon pourquoi serais-tu habillée comme ça”, dit-elle, en pointant drôlement la lingerie et les bas, en souriant à elle-même. “Les mauviettes comme toi portent des soutiens-gorge et des culottes. Les poules mouillées comme vous sont faites pour plaire aux vrais hommes.”

J’ai tourné la tête pour regarder Carter qui s’était déshabillé jusqu’à ses sous-vêtements, sa bite semi-dressée dépassant de son caleçon, un regard frénétique et sauvage dans les yeux.

Regina glissa sa main entre ses jambes et commença à se frotter doucement l’entrejambe avec ses doigts, enroulant ses cheveux autour du bout de ses doigts et grignotant les mèches entre ses dents. Carter s’est lentement rapproché, s’agrippant à mes hanches et me déséquilibrant en me poussant vers l’avant par derrière.

“Je veux le voir”, a-t-il dit.

“Que voulez-vous voir ?” demandai-je, le son de ma voix frémissant.

“Je veux voir ta jolie petite bite”, dit-il en tirant mon string entre mes cuisses et en regardant par-dessus mes épaules pour voir.

J’ai essayé de le couvrir rapidement, remarquant que les yeux de Regina s’illuminaient.

La bite de Carter se raidit sous son boxer, se pressant contre mon cul nu et me pénétrant. Je pouvais sentir à quel point il était excité, combien il était devenu dur à cause de moi et je sentais un petit picotement de mon côté.

“Elle aime ça, n’est-ce pas, mauviette”, dit Regina en jetant un regard sur ma petite bite raide.

Carter a tiré mon string plus bas entre mes jambes et m’a poussée vers l’avant, me faisant trébucher et tomber face contre terre sur le canapé. Mon corps s’est replié sur le bras du canapé, pliant mon cul en l’air alors qu’il arrachait rapidement ses sous-vêtements et se positionnait derrière moi.

“Attendez ! Je ne suis pas sûr de ça !” J’ai essayé de crier, le son inaudible étant étouffé par les coussins du canapé qui se pressaient contre mon visage.

Carter s’est penché, faisant courir frénétiquement sa langue mouillée autour de mon trou rose, enfouissant sa langue en moi et me léchant passionnément, me couvrant de salive.

Tout mon corps s’est détendu alors que je poussais un gémissement fort mais étouffé. Pendant les quelques minutes qui ont suivi, je me suis allongé, face contre terre, gémissant de plaisir tandis que Carter faisait courir sa langue autour et à l’intérieur de mon trou béant. Je n’avais jamais connu un tel bonheur sexuel de ma vie. Le monde autour de moi a fondu alors que j’étais allongée, les jambes écartées, profitant de son plaisir oral.

Dans le fond, je pouvais entendre quelques gémissements occasionnels venant de l’autre côté de la pièce, alors que Regina commençait à s’amuser à regarder. Carter s’était brièvement arrêté et je pouvais l’entendre traîner derrière moi. En levant lentement la tête, en me tournant pour voir ce qu’il faisait, je sentais quelque chose de dur m’envahir.

Mes yeux se sont élargis et ma mâchoire a baissé alors que je cherchais de l’air, laissant échapper un faible gémissement. Je savais exactement ce qui se passait maintenant. La bite dure de Carter était dans mon cul !

“Oh putain, putain !” Je gémissais, le sentant glisser lentement en moi, mon cul se resserrant autour de la tête de sa bite alors qu’il s’enfonçait plus profondément en moi. Toutes les réserves que j’avais pu avoir sur le fait de laisser un mec me baiser avaient disparu. Il était trop tard pour y penser maintenant.

Carter gémissait bruyamment derrière moi, me rapprochant alors qu’il cognait ses hanches contre mes joues, m’ouvrant le cul avec sa bite raide. J’ai remis ma tête dans les coussins, gémissant alors qu’il commençait à me baiser plus vite, ressentant une étrange mais bonne sensation alors qu’il se glissait dans mon cul d’avant en arrière.

Ses doigts s’accrochaient aux côtés de mon corset et je sentais mes talons se balancer en l’air, se giflant ensemble alors que mon corps rebondissait sur le canapé.

“OUI ! Oh, putain oui !” Carter gémissait, vidant bruyamment ses couilles et me remplissant le cul de sa bombe.

Il s’est rapidement relevé du canapé, me laissant allongé sur le canapé, affalé et épuisé.

“Tu as compris ?” demanda-t-il, en regardant Regina qui tenait son téléphone de la main gauche.

“Oh oui, j’ai tout compris !” Elle sourit méchamment.

Sans un mot de plus, Regina s’ajusta pendant que Carter finissait de s’habiller, puis se leva alors qu’ils se dirigeaient tous deux vers la porte. Alors qu’ils partaient, elle s’arrêta et dit une dernière chose.

“Eh bien, c’était amusant, n’est-ce pas, mauviette ? La prochaine fois sera encore mieux !”

Share
Les filles peuvent être si méchantes !